Fil de navigation

Dimanche 14 juillet 2019

 

NOORG

11h00 - Plateau de Bernazaou

Tarif : 10€/8€ (comprend le concert de Berezko)

Photo © Droits réservés

Éric Brochard : électronique, objets / Loïc Guénin : électronique, objets

Située à la frontière ténue entre un rock noise expérimental, une esthétique résolument contemporaine et le drone électroacoustique, la musique de NOORG traduit sa singularité à l’intérieur d’un univers aux sources multiples. Sculpteurs de matière, les deux musiciens travaillent le son en tissant une toile complexe à partir d’un seul et unique fil continu, ils travaillent au millimètre, affinent les épaisseurs, déplacent les sources dans l’espace pour donner naissance à un paysage sonore acoustique, électronique, rythmique et harmonique.
Pour son concert Luzéen, le duo défie les lois de la physique en proposant un concert en autonomie en plein milieu de la nature.

http://www.noorg.art/

 

 


 

BEREZKO

15h30 - Fermes des Cascades

Tarif : 6 €

Photos © Tony Mywave

Mélanie Fossier : voix / Luc Fagoaga : voix

Berezko dans la mythologie basque est une chose inévitable. Berezko signifie qui va de soi en basque.  Berezko c’est un duo de chants traditionnels du Pays Basque, arrangés en polyphonie pour la voix d’un homme et d’une femme, petites percussions, bruits de bouches et autres bizarreries sonores… Chants pyrénéens, diphonies mongoles, jazz du nouveau monde et envolées lyriques pour deux vocalistes qui se mettent à nu et nous font partager leurs folklores imaginaires.

https://www.facebook.com/Berezko-1395518537419009/

 

 


 

CAFE COM LEITE

18h30 - Bar le Mouton Noir

Tarif : Entrée libre

Photo © Droits réservés

Jairo Rodrigues : pandeiro (tambourin brésilien), voix / Corentin Restif : accordéon, voix

Café com Leite est né de la rencontre entre Jairo Rodrigues et Corentin Restif au sein du groupe Forro Pifado et de la volonté de monter un répertoire de musiques modernes avec leurs influences traditionnelles. Associant le pandeiro (tambourin brésilien), le chant et l’accordéon, les musiques de Café com leite prennent un accent brésilien bien sûr, mais explorent aussi d’autres styles musicaux comme par exemple la cumbia, le hip hop… ou la valse musette !
Les musiques sont dansantes et les textes engagés s’inspirent du quotidien de ces deux Artistas sem deinhero para levar alegria junto com a poesia. (Artistes sans le sou qui apportent de la joie avec de la poésie).

https://cafecomleite.bandcamp.com/album/album-electropical

 

 


SIDSEL ENDRESEN & STIAN WESTERHUS

20h00 - Chapiteau

Tarif : 15€/13€* (pass soirée 18€ : Sidsel Endresen & Stian Westerhus + Coax Mashup)

Photo © Droits Réservés

Sidsel Endresen : voix / Stian Westerhus : guitare amplifiée

Si on peut dire, en les écoutant, qu'il y a des duos qui semblent évidents, voire inéluctables, celui-là appartient bien à cette catégorie. Un journaliste anglophone a dit d'eux qu'ils étaient deux âmes jumelles totalement synchronisées pour collaborer dans l'improvisation.
En effet, leur musique possède quelque chose de magnétique, de troublant : sombre parfois, toujours subtile, il nous est difficile de la caractériser. Des mélodies apparaissent, s'arrêtent souvent de façon abrupte, puis la voie gutturale de Sidsel se met à inventer une langue aux accents nordiques. Stian fait crier sa guitare, utilisant toute une batterie de pédales aux effets déroutants.
Aujourd'hui ces deux-là se connaissent parfaitement, ils jouent ensemble depuis longtemps. Ils ont déjà enregistré deux albums de leurs improvisations chez Rune Grammofon : Bonita en 2014 et Didymoi Dreams en 2012. Mais s'ils continuent de se produire à travers le monde, année après année, c'est certainement qu'ils sont persuadés que leur musique touche à la fois les coeurs et les âmes.

www.sidselendresen.com    www.stianwesterhus.com

 


 

RENCONTRE AVEC LES ALLUMES DU JAZZ

21H30  Verger

Jean-Paul Ricard, directeur et fondateur de l'AJMI animera une rencontre autour du thème "Enregistrer, pour quoi faire"?

Thème directement en lien avec les rencontres organisées en novembre dernier. 


La fragmentation stupéfiante des moyens d’enregistrement, de diffusion et d’écoute, alors qu’après une chute imposante, la vente des disques compacts - dit-on - se (re)stabilise, alors que le streaming se généralise, que des genres comme le jazz et la musique classique s’y égarent, alors que l’écoute accompagnée de vidéo pulvérise les règles établies des droits d’auteurs, d’interprètes et de producteurs, alors que le téléchargement légal à peine né s’effondre, alors que les maîtres de l’internet et de la technologie tendent à devenir les maîtres du champ musical au détriment même des anciens maîtres nommés « majors », alors que la publicité fait une envahissante irruption dans le monde musical, alors que des disquaires refont surface par passion et que les rayons des grands magasins se réduisent, alors que les distributeurs font face à une consignation généralisée, alors que le disque vinyle condamné au néant, il y a de nombreuses années, fait un retour chic et choc, alors que la cassette fait aussi un retour chez les indomptables de la musique anglo-saxonne, alors que se multiplient et s’inventent, dans et hors l’internet, toutes sortes d’initiatives qu’on qualifiera, c’est selon, de résistantes, fantaisistes, saugrenues, ingénieuses, jamais la question de l’enregistrement de la musique, de son sens, de sa finalité, ne s’est posée aussi puissamment. Enregistrer la musique, pour quoi faire ? Et en parler, pour quoi faire ?

 
 

 

COAX MASHUP + METTE RASMUSSEN + LUIS VICENTE

23h30 - Chapiteau

Tarifs : 6€ (pass soirée 18€ : Sidsel Endresen & Stian Westerhus + Coax Mashup)

Photo © Christophe Rimbault

Julien Chamla : batterie / Yann Joussein : batterie / Antoine Viard : saxophone / Julien Desprez : guitare / Simon Henocq : machines / Anouk Hilbey : chant / Romain Allard : vidéo / Mette Rasmussen : saxophone / Luís Vicente : trompette

Coopérative de musiciens créée en 2008, COAX se veut l’écho de cette nouvelle génération «touche-à-tout» qui réinvente les façons de créer. Dans son Mashup, le collectif Coax propose une création immersive et participative alliant musique et vidéo. L’appropriation de l’espace scénique dans une configuration performative sert une expérience qui dépasse le cadre du simple concert ou ciné-concert. Un dispositif de 3 écrans place le public au centre de l’espace. Les musiciens se positionnent autour et la diffusion acoustique opère à 360 degrés.
Coax Mashup entraîne le spectateur dans une performance où immersion narrative, cut-up vidéos et musicaux se jouent des codes esthétiques. Il invente un lieu de mélange où le moindre contenu web lié au hashtag brazil peut être récupéré, assimilé et approprié, pour devenir prétexte à intégrer le jeu...
L’unique endroit où Beyoncé côtoie Elis Regina, où une bande-annonce de dessin animé se mêle au film culte et avant-gardiste de Terry Gilliam, où une rumeur captée au détour d’une rue de Sao Paulo prend un écho démesuré lorsqu’elle est reprise par une chorale amplifiée, où une note jouée sur un clavier dans une favela de Rio devient la trame d’une composition par les musiciens du collectif…
Au sein du Mashup, un free jazz furieux peut soudain laisser place à une chanson de pop sucrée, une scène post-rock peut cohabiter avec un dancefloor digne d’un club de musique électronique…

http://www.collectifcoax.com/artist/brazil-mashup