JoomlArtWork Menu

Fil de navigation

Comment tout a commencé...


Hiver 2019, nous entendions parler d’une épidémie qui frappait la ville de Wuhan en Chine... Notre préoccupation à nous, c’était la préparation de la 30ème édition de Jazz à Luz pour l’été 2020. La question était alors de savoir de quelle façon nous allions célébrer cet âge des possibles. Un grand feu d’artifice ? Un best of de la programmation de 30 années de festivals ? Un spectacle de commémoration et de remerciement à nos festivaliers pour leur fidélité ?…

L’idée finalement retenue était de reprogrammer l’artiste ou la formation qui avait marqué cette longue période. A ce jeu là, un nom s’est tout de suite imposé. Même si le quartet FOUR WALLS a plusieurs fois été évoqué lors de ces « brainstorming», le nom d’Iva Bittovà est vite apparu comme une évidence, tant ses passages en 1996 et 1999 avaient laissé des souvenirs impérissables. Même lorsque nous posions la question aux fidèles habitués, ce nom revenait irrémédiablement. Comble du bonheur, l’artiste Tchèque, résidente depuis aux États-Unis, était dans son pays d’origine à cette époque et ravie de revenir dans notre festival pour lequel elle gardait un souvenir des plus tendres.

Nous avons pensé également cette année là, à faire un focus sur la scène improvisée barcelonaise. En effet, le jazz en Espagne reste mystérieusement très peu prolifique; quelques noms ont réussi à traverser en réputation la barrière des Pyrénées comme Chano Dominguez, Tete Montoliu ou plus près de nous et aussi de nos esthétiques Agusti Fernandez. Seule Barcelone se démarque un petit peu, notamment au niveau des musiques improvisées, et ce en grande partie, grâce à justement Agusti Fernandez. Celui-ci a réussi au fil des années à créer une véritable famille de jeunes musiciens et musiciennes improvisateurs (trices). Bizarrement, tous ces musiciens (nes) sont malheureusement totalement méconnus en France et il nous paraissait important de faire découvrir ces jeunes talents et pourquoi pas, nous l’espérons, leur permettre une meilleure visibilité sur la scène jazz française.

La suite de l’histoire, vous la connaissez un peu... L’excitation a faibli petit à petit, puis a définitivement fait place à l’inquiétude, à la déception et à la frustration. Nous avons dû annuler cette édition 2020 et mis dans une boîte ces projets qui avaient entretenu une certaine agitation collective de programmation pour notre association Jazz Pyr’.

 

En 2021, nous avons pu refaire un festival avec toutes les précautions requises, mais il n’était pas question dans le contexte de prendre le risque de programmer des artistes étrangers. Il se trouve que nous sommes des gens têtus et déterminés... Voilà pourquoi nous sommes ravis aujourd’hui d’inviter Iva Bittovà (en duo avec son fils Antonin Fajt) et également de nombreux jeunes musiciens catalans, qui évidemment sur cette période trouble n’ont pas eu d’occasions de se faire connaître en France.

 

Le festival 2022 ne sera bien sûr pas un copié-collé du feu festival 2020 car notre préoccupation principale reste l’exploration de nouveaux projets et la découverte de nouveaux talents qui chaque année apparaissent, étonnent par leur singularité et leur créativité.

Notre regard et nos oreilles se poseront aussi cette année sur deux jeunes musiciens appartenant au magnifique quartet Nuits : Emilie Škrijelj et Stéphane Clor. Outre le quartet, nous les retrouverons en déclinaison soit en solo pour Stéphane Clor, soit en trio pour Emilie Skiejl avec le pianiste Loris Binot et l’incontournable percussionniste Lê Quan Ninh.

Autre jeune musicien français mis à l’honneur en 2022, le multi instrumentiste Paul Wacrenier avec son projet en trio The Archetypal Syndicate qui va nous amener sur les chemins de la transe ancrée dans les sonorités traditionnelles. Nous accompagnons cette année la création du quartet Tust, réunion improbable de 2 duos d’horizons différents : le duo féminin Cocanha, déjà bien reconnu pour son travail vocal sur le répertoire traditionnel occitan et le duo masculin Sec, lui plutôt repéré dans le monde alternatif.

Autre création des plus originales, la rencontre entre l’organiste Giulio Tosti, grand organiste italien et le trio toulousain No Noise no Réduction, rencontre amorcée lors du festival Toulouse Les Orgues à l’église de Gesu et qui sera concrétisée à l’église des Templiers de Luz Saint Sauveur pour notre plus grand bonheur.

Nous aurons également le plaisir de recevoir le projet Akpé Jô Mimi, initié par nos amis bourguignons du collectif « Pépète Lumière » avec un habitué du festival : le tromboniste Patrick Charbonnier - une fusion entre la fanfare béninoise Olaïtan et les furieux soufflants bourguignons. Ce sera l’occasion de mêler le festif et le «pointu» !

Les déambulations et balades surprises ne seront pas oubliées. Nous irons cette année dans le village de Gèdre et ses alentours, l’occasion de découvrir autour de surprises musicales des lieux insolites en montagne où l’expérimentation musicale trouve toute sa place.
Yan Beigbeder, ancien de la maison Jazz Pyr’, revient cette année en tant qu’artiste avec ses comparses du collectif « Einstein on the beach » autour d’un projet un peu fou nommé ¡Frugal! dont il a le secret : un mélange de déambulations, de prises de sons, de fréquences radio détournées et de musiques improvisées.

Autre aspect important pour le festival, l’aspect indispensable dans un festival de Jazz d’aujourd’hui curieux et vivant en phase avec son temps, l’aspect que l’on case dans la rubrique « festif et culture de jouvence», bien présent encore cette année avec tout d’abord le survitaminé quartet Ausgang et la rappeuse Casey, le trio Portron Portron Lopez, le trio féminin Nout (lauréat de Jazz Migration 2021) et le duo de Jazz déplumé de Charlène Moura et Marek Kastelnik : L’oiseau Ravage.

Et enfin, le jazz sous toutes ses formes dans les rues et sur les places des villages de nos montagnes des Pyrénées car nous reprendrons enfin le droit d’investir cette année les terrasses de cafés avec pleins d’autres surprises musicales à écouter debout ou assis, à découvrir sur place !

En 2022, nous avons pensé une programmation et un projet artistique déclinés au féminin comme au masculin dans un esprit de développement durable !


Jean-Pierre Layrac
Président de l’association Jazz Pyr’

 

 


Remerciements

Après deux années frustrantes, nous méritions une revanche, 2022, les masques sont enfin tombés.
Nous avons à nouveau "res pyré" un parfum de liberté, partagé des émotions, savouré la vie pendant ces quatre jours du festival Jazz à Luz.
Ensemble, nous avons réinvesti les lieux publics, les rues, les terrasses de cafés et même la bergerie de Mathieu et Laure pour un pique-nique champêtre et un concert qui sentait bon le foin et la brebis.
Le verger, le parc Massoure, lieux où musiciens, festivaliers, techniciens, bénévoles se côtoient en toute simplicité et dans la convivialité, nous ont accueillis comme avant. Ils sont les espaces incontournables qui contribuent à donner au festival le caractère d'authenticité qui est une des marques de fabrique de Jazz à Luz.
Le festival 2022 fut pour nous une belle expérience, d'autant plus belle que nous avons attendu 2 ans pour renouer avec la vraie ambiance du festival.
Nous osons penser que vous l'avez apprécié autant que nous.
 
 
Merci à toutes les personnes qui ont contribué à la réussite de cette 31ème édition du festival Jazz à Luz, qu'elles soient artistes, bénévoles, partenaires ou festivaliers.
En ce mois de septembre, la suite de nos aventures est déjà lancée, nous vous donnons d'ores et déjà rendez-vous le vendredi 11 Novembre 2022 pour nos Itinérances d'Automne au village de Villelongue (65400).

L'Association Jazz Pyr'